Les retrouvailles palpitantes avec le Ballet National Folklorique du Luxembourg se poursuivent, ballet fictif de Simone Mousset qui remonte au passé mythologique et oublié du pays. L'exposition actuelle D’histoires et d’art offre une toile de fond idéale pour donner vie à cette nouvelle performance puisqu’elle présente des histoires inédites du patrimoine culturel luxembourgeois.

Malgré le calendrier chargé du Ballet National Folklorique du Luxembourg, actuellement en tournée au Japon, son directeur artistique par intérim, M. Louis Chevalier, a accepté de participer à la Nuit des musées afin de rehausser les liens historiques de la compagnie avec le propos de l’exposition. Il a vu dans la situation des artistes du XVIIIe siècle de puissantes parallèles avec les mères fondatrices du Ballet National, Joséphine et Claudine Bal. Il n'est un secret pour personne que les sœurs Bal ont quitté le Luxembourg et leur Broderbour natal pour les mêmes raisons que ces artistes : loin des centres urbains et artistiques, il n'y avait pratiquement aucune possibilité de parrainage ou d'échange entre pairs, et presque aucune appréciation de leur art - sans parler de la difficulté de recruter des danseurs formés professionnellement.

Ce qui est plus surprenant, c'est que l'exposition contient une œuvre sur laquelle repose Josiane la paysanne, l'un des premiers ballets du Ballet national: il s’agit de Allégorie de l'Europe, un des tableaux préférés de Claudine Bal, qui était une amatrice d'art et qui avait été particulièrement frappée par la représentation du cheval d'Ignace Millim. Lors des répétitions, elle aurait prononcé les mots "Cheval, je te salue" et "C'est par le balancement chevalin de nos danseurs que le monde rencontrera le Luxembourg". Dans ces circonstances, le directeur artistique par intérim, M. Chevalier, a tout naturellement voulu apporter sa contribution et n'a pas hésité à chambouler son agenda pour pouvoir faire un crochet par le Luxembourg avant de rejoindre la compagnie au Japon, et ainsi rehausser la soirée de sa présence.

En l'espace de 15 minutes seulement, les visiteurs pourront assister à des classiques emblématiques tels que la "Dauwendanz" (la danse du pigeon) et la "Danse des hautes jambes", interprétés par le directeur artistique du Ballet, lui-même danseur chevronné. Compte tenu des rares représentations du Ballet National Folklorique au Luxembourg en raison de ses nombreuses tournées internationales, cette prestation au Nationalmusée est une chance unique pour explorer la haute sophistication, la richesse, et l’ampleur du patrimoine luxembourgeois.

NB : Après chaque représentation, vous aurez l'occasion rare d'obtenir un autographe de M. Chevalier en personne. Veuillez noter qu'il faut s'attendre à de longues files d'attente. Nous vous conseillons donc de choisir la photo que vous souhaitez faire dédicacer à l'accueil entre les représentations.

Directeur artistique par intérim du Ballet National Folklorique du Luxembourg : Louis Chevalier

Directrice de répétition : Simone Mousset

Chorégraphie originale : Claudine Bal, Joséphine Bal

Chorégraphie additionnelle : Simone Mousset, Elisabeth Schilling

Musique originale : Maurizio Spiridigliozzi

Toutes les danses présentées font partie du répertoire du Ballet National Folklorique du Luxembourg.

Image de Louis Chevalier

M. Louis Chevalier, photo par Thierry Chateau

Image de Louis Chevalier

M. Louis Chevalier, photo par Thierry Chateau

Image de Louis Chevalier

M. Louis Chevalier, photo par Thierry Chateau